• Un corps libre avec Madame Figaro : #été 2017

         Dénoncer cet édito de Madame Figaro, au-delà de la dimension jouissive que cela apporte, m’a paru important tant il est un exemple parfait du ton condescendant et hypocrite si prisé de la presse féminine. Il est assez ahurissant et inquiétant d’observer une telle froideur envers les femmes en 2017, et ce venant d’un média qui se veut proche d’elles. Mais bon, je n’ai peut-être pas bien compris, et qu’en fait ce n’est qu’une question de mode, car en lisant leur article, c’est à croire que, chez Madame Figaro, l’infantilisation est tendance cet été…      Déjà, arrêtons-nous sur le titre de l’édito : un corps LIBRE. Rien que ça,…

  • Sexy au naturel avec le magazine Biba : #été 2017

      « Des cheveux sauvages, une peau adoucie à l’huile, une gorgée d’eau salvatrice, un make-up easy, des sports de glisse sans compétition… L’abandon sexy ou l’art d’en faire le moins possible pour être la plus belle possible, c’est le statement de l’été. »      …Voilà ce que nous annonce le magazine Biba dans l’introduction de cet article : être la plus belle sans lever le petit doigt (ou presque !) parce que, bah oui, c’est l’été, et que l’été on a envie d’en faire le moins possible ! Mais bon, mesdames, comme il ne faut pas déroger aux diktats de beauté (même sur la plage, attention !), on vous explique comment s’y conformer sans…

  • A quoi sert la beauté ?

    « La Beauté touche le plus profond de l’âme et transforme la noirceur en lumière » Laura Marie Aujourd’hui, j’ai envie d’approfondir ce sujet qui me tient tant à cœur qu’est la beauté. En fait, j’ai envie de me pencher plus précisément sur ce qu’elle apporte au monde, comme le résume le titre : « à quoi sert-elle ? »    Je me pose cette question, car la beauté humaine est fortement attachée, dans l’inconscient collectif, à la notion d’égoïsme. Elle apparaît comme une qualité purement nombriliste et dont l’entretien suppose pour beaucoup des attraits narcissiques.    Malgré cette idée d’égoïsme, force est de constater que la beauté, en dehors du miroir, est avant tout…

  • Assumer sa beauté

      “Il suffit qu’un seul être humain fasse un pas en avant pour que toute la planète en profite” Gandhi « Je suis au rayon légumes, devant le bac des pommes de terre exactement. Une main glissée dans un sachet, je lève les yeux et je croise son regard. Il fait la queue pour payer. Il me fixe. Il est de taille moyenne et il a un bonnet et je détourne les yeux, je reviens à mes patates. « Celui-là il a flashé » me suis-je entendue penser. Et je passe à autre chose, à mes courses « Bonjour », sourire, « merci », « au revoir », sourire. Puis je sors du magasin. J’ai deux choix : le chemin…

  • Et si être mince était un complexe ?

    “De toute façon, pour lui, je n’étais jamais assez : grosse, mince, sophistiquée, simple, sobre, colorée, distinguée, maquillée, pâle, bronzée, bref, attirante.” Eliette Abécassis « Je suis au travail, tranquille. Pendant ma pause, où je discute avec une collègue de son dernier week-end, un de mes collègues s’approche sans crier gare et entoure mon mollet droit de ses doigts en disant « Ah dis donc ! Je peux presque faire le tour de ton mollet avec une main ! », sous-entendant délicatement par là que je suis très fine. L’amour-propre de mon mollet étant terriblement blessé, je réponds sèchement que je préfère largement mes jambes aux siennes. Je vous passe les détails de ma longue…

  • Le surinvestissement de sa beauté ou la haine des hommes

    «  Encore et toujours, ce fascinant, ce terrifiant corps des femmes, cet insolent et irrésistible corps des femmes. La planète humaine en est folle. » Dominique Simmonet « Ce matin, il fait beau, il fait chaud. Il fait assez chaud d’ailleurs pour que je puisse porter une robe. Je me regarde dans la glace et j’esquisse un sourire : je me trouve superbe. Je sors de mon appartement, l’air frais du couloir me saisit et m’entoure durant toute la descente des escaliers. Il fait sombre dans le hall, j’ai l’impression d’être dans les coulisses d’un théâtre juste avant une représentation. J’ouvre la porte d’entrée pour m’évader, la lumière aveuglante s’infiltre, puis la chaleur……