Beauté fatale

“Oui, mais c’est quoi la beauté ?”

« La beauté est avant tout énergie, et cette énergie invisible est avant tout intérieure… »

Laura Marie

Aujourd’hui, j’ai bien envie de parler « beauté ». Pour être tout à fait honnête, à chaque fois que je parle avec mon entourage de mon blog, j’ai toujours droit à cette même question : « Oui, mais c’est quoi la beauté ? ». Cette question pertinente en soi, souvent teintée d’amertume, est très révélatrice du brouillard qui entoure avidement la beauté des femmes.

   En effet, parler de l’impact de la beauté entre femmes, c’est comme parler politique ou de l’éducation des enfants à une réunion de famille : c’est un sujet tabou car on sait que personne ne sera d’accord et que cela va réveiller chez chacun un certain malaise.


Entre celle qui se sait belle mais qui préférera mourir plutôt que de l’avouer en public, celle qui milite pour une beauté dite « naturelle », celle qui se pense “moche” et dont le sujet la met immédiatement mal à l’aise, celle qui ne fait pas partie des critères des canons actuels, qui se sent d’office éjectée du débat… Bref, la question « Oui, mais c’est quoi la beauté ? » vient comme un point final qui clôt la discussion et qui évite d’aller plus en profondeur, là où chaque femme a déposé les démons qui l’agitent quand elle se regarde dans un miroir.

   Je l’entends, aussi, comme un bâillon sur la bouche qui me dit « Tais-toi, la beauté est subjective donc qui es-tu pour te dire belle ou pour dire ce qu’est la beauté ! » Ce qui a le don de m’énerver profondément, car pour moi, la beauté est un sujet hautement féministe dans le sens où c’est, aujourd’hui, un carcan dans lequel de nombreuses femmes sont piégées, leur ôtant toute valeur et les empêchant de se réaliser elles-mêmes dans leur plus pure singularité.

   Cet article est également venu du simple constat que quand je dis à une fille qui n’entre pas dans les critères de la beauté actuelle qu’elle est très belle, on me taxe d’hypocrite, et que quand je dis que je me trouve belle, je suis alors narcissique. En fait je ne peux rien dire. Le débat autour de la beauté est un débat fermé. Un débat où quoique vous disiez vous êtes forcément en tort.

   Enfin, cet article découle de mon indignation grandissante de voir tant de femmes qui n’assument pas leur beauté. Et je ne parle pas de la beauté stéréotypée que je vais décrire plus bas mais bien de leur vraie beauté, qui leur revient de droit.

   Ainsi, j’ai envie d’aller rendre visite à ce concept polémique que représente la beauté. Et cette question « Oui, mais c’est quoi la beauté ? » ne sera plus un point final mais une ouverture, une introduction, le début du voyage dans ce bordel qu’est l’apparence féminine.


Recadrages

   En tout premier lieu, et avant d’entrer dans les définitions, j’aimerais éclaircir un point qui me semble très important. Je sais que j’écris cet article en partant d’une position de femme « belle » aux yeux de la société car je fais partie des critères physiques instaurés. J’aimerais que l’on sorte de la croyance que, parce qu’au regard de mon physique, je fais partie du système, que donc je n’en souffre pas et que j’adhère automatiquement à sa propagande. Rien n’est plus faux. Sinon je n’aurais jamais créé de blog pour dénoncer ces diktats. Je n’ai pas créé ce blog pour satisfaire mon ego.

   D’ailleurs, si j’avais été une femme qui ne faisait pas partie des critères actuels de beauté et que j’avais créé ce blog, on ne m’aurait, là non plus, pas prise au sérieux, on m’aurait vu comme une femme frustrée car se trouvant « moche ».

   Il est grand temps de déconstruire ces schémas que nous rabâche la société : Elle est « belle » donc elle domine, elle est « moche » donc elle est frustrée. Toutes ces catégories ne sont là que pour nous diviser.

   Enfin, j’aimerais stipuler le fait que je n’emploierai jamais le terme « moche » dans mes écrits, tout simplement, car pour moi une « femme moche » n’existe pas. Soit on correspond aux critères de notre société et de notre époque, soit on n’en fait pas parti. De plus, le mot « moche » a une connotation très négative et lapidaire qui m’écœure.


Définitions : Beauté stéréotypée VS Beauté intérieure

La beauté stéréotypée

   C’est LA beauté à laquelle tout le monde pense lorsque que l’on évoque le mot « beauté » : on s’imagine une jeune femme, mince, blanche, élancée, aux grands yeux, à la bouche pulpeuse et à la peau parfaite, de plus en plus hyper-sexualisée. Bref une beauté standardisée que nous vend promptement la société à coup d’images savamment distribuées à tous les coins de rue. Eh oui ! Impossible de vivre dans notre société occidentale sans croiser au détour d’un film, d’internet, de la télé ou d’une affiche placardée de ces sublimes créatures qui se ressemblent toutes.

Tous ces yeux provocants, ces bouches offertes, ces longues jambes ciselées, ces cheveux volumineux et dociles, toutes ces femmes souriantes, ou au contraire méprisantes, qui de leur image lisse nous toisent, cette overdose de chair retouchée n’étonne plus personne. On passe devant sans y faire vraiment attention. Une indignation sourde peut nous gagner parfois, mais bon…

   Comme vous l’aurez remarqué, cette beauté-ci est terriblement réductrice.  Et pourtant, elle a une place gigantesque dans nos vies. Cette image idéalisée de la femme nous suit chacune inconsciemment : c’est elle qui nous murmure insidieusement à l’oreille que l’on n’est pas parfaite quand on se regarde dans le miroir, elle qui nous oblige à faire attention à ce que l’on mange, à nous épiler, à nous maquiller, à porter des talons, à nous retoucher sur Photoshop…

   Cette beauté-ci ne prend que la place que l’on veut bien lui accorder. C’est pour cela que certaines femmes seront plus vulnérables à sa tyrannie que d’autres. Les femmes qui lui accordent du crédit sont souvent celles qui ne sont pas encore allées chercher au fond d’elles-mêmes leur beauté intrinsèque. Pas étonnant que les plus touchées soient souvent les adolescentes, qui balbutient leur beauté, entre l’envie de plaire aux hommes et celle de se plaire à elles-mêmes.

   Cette beauté stéréotypée ne veut guère notre bien, ça je pense que c’est évident pour tout le monde. Au-delà du fait qu’elle nous vend un rêve inatteignable, nous laissant frustrées au rayon cosmétique, elle s’arrange à nous faire consommer toujours plus et surtout à nous faire croire que, si un jour on lui ressemble, on aura tout gagné : amour, gloire, vous connaissez la suite.

S’aimer : la beauté intérieure

   Quand j’avais 19 ans, je travaillais comme agent de service hospitalier dans un hôpital psychiatrique pendant mes vacances d’été. Une fois, je me suis retrouvée dans la structure réservée aux personnes atteintes de dépression. Je me rappelle encore de leur allure si désincarnée. La maladie, qui les rongeait, jaillissait sur leur corps faible et traînant. Comment, dans ces moments-là, ne pas saisir à quel point c’est la vie qui nous anime, qui nous ramène tout naturellement à notre réelle beauté. Une personne belle, c’est une personne qui a choisi la vie. Et je ne parle pas de la vie de tous les jours, ce « métro boulot dodo » qui nous robotise, non. Je parle de cette vie que notre âme est venue vivre, cette harmonie que l’on dégage !

   On nous parle sans cesse de cette fameuse « beauté intérieure », certains la brandissent en hurlant quand d’autres la dédaignent, n’y voyant qu’un concept sorti tout droit de la bouche d’une femme frustrée. Pourtant, mon Dieu qu’elle existe cette beauté ! Qu’elle nous ravie quand on la croise au détour d’une personne heureuse de vivre ! Ou d’une personne qui sait pourquoi elle est sur cette Terre !

   Mais comment la prendre au sérieux quand tout est fait pour la décrédibiliser ? Car la société n’a guère intérêt à ce que l’on vienne s’abreuver à sa source. Car une femme reconnectée à son âme, donc à sa beauté, c’est une femme libre. Elle n’a plus besoin qu’on lui dise ce qu’elle doit penser, comment elle doit s’habiller, se comporter…

   Si demain, toutes les femmes choisissaient d’incarner leur réelle beauté, il y aurait des milliers de couleurs dans les rues, des sourires, des rires, et non pas des femmes vacillantes et conformes, offertes aux regards masculins.

 


Le regard des hommes

   Sortir de l’envie irrésistible de correspondre à cette « fausse beauté » que nous présente sur un plateau d’argent la société, c’est aussi avoir le courage de se détacher du regard masculin majoritaire, tout aussi endoctriné que les femmes, qui nous pousse à penser que seule une femme belle selon les standards sera « vraiment  aimée et désirée». J’en ai rencontré plus d’un, des hommes qui me mettaient sur un piédestal juste parce ce que j’étais conforme à la « beauté » en vigueur, le goût amer qui en découlait était insidieux et m’amenait à penser qu’il suffisait que je déroge quelques secondes à mon physique pour que la relation s’effondre.

   Ces hommes sont emprisonnés dans cette croyance abjecte que s’il a une « belle femme » à son bras, alors c’est que, quelque part, il a « réussi ». Si ce n’est pas malheureux ! Être réduite à un simple objet de « re-narcissisation » de l’ego masculin… Voilà notre destin !

   Heureusement, il existe bien d’autres hommes qui sortent de ce leurre et osent s’avancer sur le chemin tortueux de la beauté intérieure, mais il faut bien comprendre que les hommes sont tout autant formatés que nous, à travers les pubs, la pornographie, les clips, la représentation des femmes dans les médias, à préférer une femme « belle » selon les critères sociétaux. La plastique d’une femme est encore un critère dominant pour un homme, et même parfois au détriment de leur intelligence, de leur humour, de leur conscience.
C‘est donc à nous, en tant que femme, de lâcher prise sur cette état de fait, pour continuer à avancer coûte que coûte sur le chemin de notre vraie beauté. Sachez que peu d’hommes savent réellement la pression et les nombreuses injonctions paradoxales que nous subissons au quotidien sur notre physique, à quel point ce dernier peut être une obsession, tout simplement car sa réelle utilité a été désavouée. Le pire c’est, qu’en général, les hommes adorent donner leur avis ! Combien de fois un homme a tenté de me faire croire que toutes mes préoccupations autour de la beauté et du corps n’étaient que les miennes, que les autres femmes n’étaient pas comme cela. Comme si pour une femme il était simple, dans notre société actuelle, d’assumer sa beauté ! Comme si notre rapport au corps n’était pas détourné pour nous entraîner dans un marasme d’obsessions mortifères !

   Je ne dis pas que c’est la faute des hommes. Par contre, je dis qu’en tant que femme il est primordial de bien s’écouter, car les hommes ne vivent pas la même pression sur leur beauté. Osons poser nos limites, dire à quelqu’un de notre entourage que ces réflexions sur notre corps ou notre façon de manger ne le regarde pas. Imposons le respect, il en va de notre bien-être.

   Attirons à nous des hommes libres qui savent reconnaître la beauté d’une âme avant la beauté physique.


Les croyances

 « Je me fais belle donc je triche. »

   En discutant avec certaines femmes de mon entourage, des femmes qui ne font pas parties des critères stéréotypés de la beauté de notre société, je me suis rendue compte d’une croyance qui revenait souvent dans leur discours : le fait que quand elle s’embellissait avec des « artifices » comme le maquillage, une coloration pour les cheveux, des bijoux… Elles avaient l’impression de tricher. Comme si la beauté physique devait être naturelle ou ne pas être. Quand on pense cela, on oublie que, comme le dit la citation de Laura Marie plus haut, la beauté est avant tout énergie, elle émane de vous. Ce n’est pas quelque chose que l’on se colle sur le visage.

   Ainsi, si porter des bijoux, avoir les cheveux bleus, ou porter des tatouages vous fait vous sentir belle, vous sentir VOUS, alors là, votre beauté va réellement rayonner.

   Nous connaissons toutes cette sensation délicieuse, quand nous nous préparons pour une soirée ou un évènement spécial, de passer des heures à s’embellir, des sous-vêtements que l’on porte au parfum dans ses cheveux, de sortir dehors et de ressentir une grande confiance en nous, une puissance qui en découle. Ces soirées là, nous avons de nombreux compliments. Ce qui est dommage c’est que l’on pense généralement que les compliments sur notre beauté s’arrêtent à notre plastique alors qu’ils proviennent plus de notre assurance, de la grâce qui s’échappe subtilement de nous. Il ne nous vient pas à l’idée que cette vibration de beauté avait déjà commencé à s’ancrer délicatement depuis le moment où nous nous sommes imaginées nous faire belles pour cet évènement.

   Il va s’en dire également que pour celles qui se sentent réellement elles-mêmes, quand elles sont naturelles, il est important qu’elles se respectent et qu’elles osent exprimer leur beauté dans ce naturel. Tout est une question d’authenticité. Le plus délétère est d’être en résistance envers une forme de beauté, car à ce moment-là on ne s’aime plus, et dès que l’on va croiser une autre femme qui représente la beauté que nous aimerions incarner, mais que nous nous refusons, alors le ressentiment va nous gagner…

 

« Assassiner la plus jolie »

   Un des plus gros clichés véhiculé sur les femmes, c’est le fait qu’elles sont sans arrêt en concurrence ( voir mon article là-dessus ). Là encore dans les films, la sororité est rarement mise à l’honneur. Cela donne l’image qu’entre femmes il ne peut y avoir de rapport autre que la rivalité, surtout quand il s’agit de beauté, car la fille belle sera la fille la plus « choisie » par les hommes alentours, écrasant de son indécente beauté les autres prétendantes. Alors, on se jalouse entre nous, on se juge, on dénigre celle qui assume sa beauté. Combien de fois dans les Walt Disney, ne voit-on pas la jeune et belle princesse être jalousée par la méchante qui est elle aussi une femme : Ariel dans la petite sirène, Blanche-neige, Cendrillon, la belle au bois dormant.


   Cela amène deux contraintes fortes qui nous empêchent d’assumer notre beauté :

La première étant que si je me dis belle, je serai considéré comme vaniteuse, donc les hommes ne seront pas attirés par moi. Ils préféreront une femme docile qui ne s’assume pas.

La deuxième est qu’en plus de ne pas plaire aux hommes, les autres femmes, qui n’assument pas leur propre beauté, vont aussi me détester et tout faire pour me décrédibiliser.


   Il est donc grand temps de s’inspirer les unes les autres ! Que serait un jardin avec une seule espèce de fleur comparé à un jardin qui regorge de fleurs différentes et singulières dans leur beauté ?
Il faut sortir du schéma qu’une femme belle exclut les autres, mais qu’au contraire comprendre que par sa beauté, elle inspire d’autres femmes à rechercher en elles leur propre beauté.

   Observez autour de vous la beauté des femmes qui vous inspire, leur manière de s’habiller, de marcher, de se maquiller ou pas, cela en dira long sur vous et votre réelle beauté qui n’attend que d’éclore.


Conclusion

J’ai conscience qu’il y aurait bien d’autres choses à dire et à préciser sur ce sujet. Définir la beauté n’est pas ce qu’il y a de plus simple, et ma contribution, ici, se veut modeste.

   J’ai sais également que les définitions en termes de « beauté stéréotypée » et de « beauté intérieure » sont des concepts déjà maintes fois explicités, et je vous avoue que ce n’est pas le message le plus essentiel de cet article. C’est un peu comme si j’écrivais sur les dangers de la cigarette pour les fumeurs qui savent pertinemment que fumer n’est pas bon pour la santé. Ici, déjà beaucoup d’entre nous savent les ravagent que provoque la beauté stéréotypée mais sans pour autant cesser d’y croire inconsciemment, sans cesser de se détester face à leur miroir.

   Cet article, je le lance comme un appel à faire le choix d’une beauté consciente, cette beauté qui vous revient de droit. Je ne dis pas que c’est facile, mais il est temps d’aller au fond de soi pour voir les blocages inconscients qui nous font nous sentir « moche » et qui, alors, nous amène à croire aveuglément en cette « fausse beauté » que nous vend la société.

   N’oubliez jamais que votre beauté, votre puissance vous reviennent de droit : vous n’avez pas à vous en excuser. Les incarner n’est que justice.

“Je ne te dis pas que ce sera facile, je te dis simplement que ça en vaudra la peine”

Alexandra villaroel abrego

Lise M.

Si vous souhaitez partager ou republier cet article, merci de préciser clairement la source originale (le lien vers cet article).
Merci également de ne modifier ni texte ni images de l’article original.

2 commentaires

  • Marjane

    Bon article, cependant je suis un peu gênée par le terme de “beauté intérieure”. Que cela soit clair, je ne conteste pas l’existence de cette vibration intérieure qui illumine un visage, une posture, une attitude. Mais je trouve qu’opposer une beauté intérieure à une beauté standardisée, c’est finalement reconnaître une certaine crédibilité à la seconde : “l’extérieure” (celle que certains ne manqueront pas de considérer comme la “vraie” beauté).

    A cette beauté standardisée, j’aurais volontiers opposé une beauté plurielle, une beauté multiple. Car on ne dira jamais assez à quel point les standards dont on nous abreuvent jour après jour sont RACISTES. Le problème, est qu’ils sont tellement intériorisés qu’ils semblent naturels à la plupart d’entre nous. Pour moi qui ait vécu quelques temps en Amérique latine, dans des pays à forte population indienne, c’est une évidence. Si l’on prend au sérieux ces critères standardisés imposés par l’Occident, alors 99% des gens là-bas sont tout simplement moches !! Si mes concitoyens souscrivent à un tel idéal de beauté à l’exclusion de tout autre, qu’ils aient donc l’honnêteté de reconnaître qu’à leurs yeux, la majeure partie des peuples d’ascendance non européenne sont des clubs de laiderons !!

    • Sois Belle & Dénonce

      Merci Marjane,
      Au travers de mes articles j’accorde du crédit à la beauté extérieure, tout simplement parce que nous avons un corps physique et que l’on ne peut pas s’en détacher ou le renier (ce qui ne serait pas sans conséquences sur l’estime de soi), par contre je suis contre cette beauté stéréotypée qui est, comme vous le soulignez, très raciste et ne supportant pas la vieillesse.
      Et, en effet, il est grand temps d’opposer à cette beauté si réductrice, une beauté plurielle qui montrerait la diversité incroyable du corps humain, alliant beauté du coeur et beauté physique 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.